1.954 signatures sur 5.000

A Olivier Dussopt, ministre du Travail et Emmanuel Macron, président de la République. 

Depuis des années, les travailleurs indépendants des plateformes numériques dénoncent leurs conditions de travail indignes, même inhumaines selon les nombreux témoignages de livreurs. Ces derniers réclament un statut social qui les protège alors que la France peine à leur reconnaître les droits les plus élémentaires. Sous pression constante, réprimandés en cas de pause, sur-sollicités durant la crise sanitaire, rémunérés uniquement à la course, faisant face aux aléas climatiques, sous payés, accidentés, blessés et non couverts par les cotisations sociales pour l’assurance maladie, le chômage et la retraite, ils sont pourtant quotidiennement mobilisés pour nous rendre service à toutes et à tous. 

Les restaurants et boutiques, ayant massivement investi les plateformes durant la crise sanitaire, ont par exemple permis à Deliveroo d’augmenter son chiffre d'affaires de 62 % en 2019 (868 millions d’euros) Source. Ces millions de livreurs, exposés, en première ligne, ont alors largement contribué à soutenir les restaurateurs et confrères du secteur en cette période difficile. Pourtant, ils sont méprisés et ne cessent de lancer l'alerte des quatre coins de l’Europe.

Ce jeudi 9 novembre, une nouvelle manifestation a lieu à Bruxelles, dernière étape de “ la grande livraison”, une initiative lancée le 5 novembre dernier par un collectif de livreurs venus de plusieurs pays d’europe (angleterre, france, italie, espagne, belgique, autriche) qui a décidé de parcourir 400 km à vélo (Paris-Bruxelles) afin de rencontrer plusieurs élus et interpeller les décideurs en vue des négociations sur le projet de loi relatif aux droits des travailleurs de plateformes. A cette occasion, ils rendront hommage à Sultan Zadran, un livreur indépendant décédé à Bruxelles en février dernier après avoir été percuté par un bus pendant sa livraison. (pour en savoir plus)

Leur demande est simple : les travailleurs des plateformes numériques doivent être considérés comme des salariés et non des travailleurs indépendants dans la mesure où, en réalité et en pratique, le lien de subordination avec les propriétaires de ces plateformes (Uber, Deliveroo..) existe et ce même s'il n’est pas matérialisé par un contrat de travail. Si plusieurs députés se sont mobilisés au sein du Parlement européen pour réclamer un renforcement des droits des 28 millions de livreurs du continent, ce qui est actuellement proposé est une simple directive européenne visant à créer une « présomption légale de salariat » qui ne concernerait que 5,5 millions d’entre eux, selon la commission européenne.

Pour survivre et nous rendre service, ces travailleurs, inscrits sur plusieurs plateformes, se mettent en danger tous les jours et peinent à boucler les fins de mois.

Soutenons-les ! 

  1. Signons et partageons cette pétition auprès de notre entourage et de nos élus avec le #DroitsAuxLivreurs

  2. Faisons savoir aux livreurs que nous rencontrons que nous les soutenons et que cette pétition existe

  3. Rendons-nous à la manifestation de Bruxelles ou partageons ses images

Pouvez-vous nous soutenir ?

Je fais un don de 0 € Je fais un don de 0 € par mois

Votre don est

Ponctuel Mensuel

Choisissez un montant

200 €

Thanks, we just need a few more details to set up your direct debit.

Modifier le montant

First name
Last name
Your email
Address (line 1)
Town
Your postcode
Account name
Account number
Sort code
Merci pour votre don. Veuillez patienter pendant que nous traitons vos informations personnelles de manière sécurisée.

Vous pouvez aussi nous soutenir :

Par chèque

Vous pouvez nous envoyer un chèque à l'ordre de :

À l’adresse suivante :

Si vous souhaitez soutenir une action en particulier, n'oubliez pas de joindre une courte explication : cela nous permettra d'allouer votre don à l'action de votre choix.

Par virement bancaire

Vous pouvez programmer des virements à destination de notre compte bancaire au Crédit Coopératif grâce aux informations suivantes :

Bon à savoir : grâce aux virements bancaires, nous n'avons aucun frais pour recevoir votre don, nous pouvons donc utiliser 100% de votre don pour aller plus loin dans nos actions !

Pour modifier ou annuler un paiement récurrent, ou pour toute question relative à vos dons, vous pourrez toujours nous contacter à [email protected].

Partagez autour de vous !

Vous signez en tant que Ce n'est pas vous ? Cliquez ici